/sergefarini/sr.jpg"/>
Naturellement du courant politique socio-libéral car prônant une doctrine qui met l’accent sur l’intérêt collectif , la justice sociale ainsi que la non entrave de la liberté individuelle par l’Etat ; avec comme slogan principal: solidarité, fraternité, égalité, justice et liberté ; Serge FARINI BINDU a choisit d’axé son combat politique avec accent particulier sur plus de justice sociale ainsi que le respect de l’état de droit ou tout simplement l’implosion d’un Etat de droit au vrai sens de ce principe sacro-saint. C’est là même le point d’intersection de l’intérêt collectif ainsi que la non entrave de la liberté individuelle par l’Etat.
Sur le plan de justice sociale, Serge s’est donné pour cheval de bataille de lutter au sein ou en dehors de la Société civile pour l’implosion dans notre pays qui le mérite bien:
 -Une allocation de type Revenu minimum d’insertion par la mise sur pied d’Impôt de Solidarité sur la fortune dans un Congo où non seulement la jouissance  de biens faits du pays tombe dans les mains des seuls differents régîmes au pouvoir au détriment de la population et l’écart entre riche et pauvre se creuse de plus en plus. Selon Serge, pour des raisons d’impartialité ou de morale rigueur, mais aussi de la justice fiscale ; c’est impôt de solidarité sur la fortune taxerait le patrimoine des contribuables les plus aisés afin de permettre le financement du revenu minimum d’insertion (RMI) d’une plus grande partie de la population congolaise qui croupit innocemment sous le seuil de la pauvreté avec un train de vie de moins d’un dollar par jour sous l’œil coupable des gouvernants pense-t-il.
Il pense sans doute, que l’Impôt de solidarité sur la fortune avec l’allocation d’un revenu minimum d’insertion peut être dans notre pays une allocation ou un instrument non seulement de lutte contre l’exclusion, mais aussi et surtout de lutte contre la pauvreté en ce sens qu’il devrait être à l’origine conçu comme un dispositif permettant de lutter contre l’exclusion sociale et professionnelle qui touche les personnes durablement privées d’emploi ainsi que comme un outil de lutte contre la pauvreté. Cette allocation permettrait ainsi aux plus démunis de bénéficier d’un minimum de ressources et d’accès aux droits sociaux que sont la santé et le logement ajoute-t-il.
 
Sur le plan de l’intérêt collectif et la non entrave de la liberté individuelle par l’Etat, pour Serge tout passe par le respect du contrat social, c'est-à-dire la Constitution, pour ainsi parler de l’implosion d’un véritable Etat de droit. Pour ce faire inscrivant son résonnement dans le sens de la république de Platon, il a pensé que tout comme un Homme est étroitement lié à l’existence de ses parties que sont la tête, le tronc ainsi que les membres ; ces dernières correspondant à des vertus que sont l’intelligence, le travail ainsi que la force ; il en est de même à son humble avis pour un véritable Etat de droit, car ce dernier a comme parties ou éléments qui lui sont étroitement liés, la hiérarchie des normes, la séparation des pouvoirs, ainsi que les Droits de l’Homme et libertés publiques. Il a pour vertus, qu’il qualifie d’éléments le vivifiant pour qu’il soit réellement en marche, le respect de la hiérarchie des normes, l’indépendance du pouvoir judiciaire ainsi que l’égalité des sujets ou des personnes devant le droit. Ces parties de l’état de droit, ainsi que ses vertus constitue un «Tous dans tout» que l’on appel: Etat de droit et il n’y a pas état de droit lorsqu’un seul des éléments est dissocié de ce tout cohérent. Cela fait penser, d’ailleurs par analogie à la trinité divine avec comme par exemple, Père l’état de droit pris comme une situation juridique, et le Fils comme les éléments liés à l’état de droit que sont la hiérarchie des normes, la séparation des pouvoirs et les Droits de l’homme et libertés publiques ; et enfin l’Esprit saint, c’est-à-dire le respect de la hiérarchie des normes, l’égalités des sujets devant le droit et l’indépendance du pouvoir judiciaire, qui vivifient les deux autres, à savoir le Père et le Fils, dans un TOUT que l’on appel «Etat de droit» vu comme corps ou nation assujetti à la règle de droit.
Malheureusement, force est de constater que cette dose d’état de droit manque encore à l’affection de notre pays, d’où l’urgence et la nécessité de restaurer un véritable Etat de droit.
 


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=